L’ENTRETIEN TÉLÉPHONIQUE

Les six erreurs à éviter lors d’un entretien de recrutement par téléphone – par le recruteur spécialisé Robert Half*.

Les entreprises ont de plus en plus souvent recours aux entretiens par téléphone afin de distinguer rapidement les candidats prometteurs de ceux non qualifiés, qui postulent pour un poste vacant. Ce type de filtrage permet aux recruteurs d’évaluer en un temps relativement réduit la personnalité et les compétences d’un candidat, mais aussi son intérêt et son enthousiasme pour le poste. Mais s’il ressemble à une conversation informelle, l’entretien téléphonique doit être préparé et mené soigneusement par les candidats.

Pour les aider, le recruteur spécialisé Robert Half les met en garde sur 6 écueils fréquents.

« Une bonne performance peut déboucher sur un entretien en face à face, tandis que le moindre faux pas risque de vous mettre hors course »

Guillaume Colein, Directeur associé du cabinet Robert Half International France.

Erreur n°1 – « Titi, Grosminet et moi ne sommes pas disponibles actuellement »

Un message d’accueil mignon ou humoristique peut plaire à des amis, mais il est peu probable qu’il fasse rire un employeur potentiel… 

En fait, le recruteur aura des doutes sur le professionnalisme du candidat qu’il appelle. Pensez à adapter le message de votre répondeur le temps de votre recherche. Et si un employeur potentiel vous a laissé un message, recontactez-le bien sûr dans les plus brefs délais.

Erreur n°2 – « Euh … Vous êtes ? … »

On ne sait pas toujours à l’avance à quel moment on sera contacté par un responsable du recrutement. Si un employeur potentiel téléphone sans prévenir, le candidat doit pouvoir entamer la conversation immédiatement, sans « se creuser les méninges » pour se souvenir du poste auquel il a postulé et de l’activité de l’entreprise en question.

Pour ne pas être pris de court, conservez bien la liste de toutes les offres d’emploi auxquelles vous avez répondu, quelques infos sur chaque entreprise et le nom des responsables du recrutement près de votre téléphone. Gardez votre CV et de quoi écrire à portée de main pour noter des questions et autres informations.

Guillaume Colein

Erreur n°3 – « Quoi ?! Je ne vous entends pas ! »

Peu de choses énervent plus un responsable du recrutement qu’un énorme bruit de fond ou un appel interrompu.

Quand un employeur potentiel vous téléphone, essayez de prendre l’appel dans un endroit calme. Si prendre l’appel depuis votre téléphone portable est votre seule option, assurez-vous d’avoir une bonne réception du début à la fin de la conversation.

Guillaume Colein

Ces mesures permettent de minimiser les sources de distraction – par exemple un chien qui aboie ou des gens qui bavardent dans un café – et le risque de conversation coupée pour se concentrer sur ce que dit le recruteur. Et si un double appel survient pendant l’entretien téléphonique, ne pas le prendre : il est primordial d’accorder toute son attention à son interlocuteur recruteur.

Erreur n°4 – « Pourquoi je veux travailler dans votre entreprise ? Eh bien … »

 Si vous n’êtes pas capable de fournir des réponses précises et sérieuses aux questions de base – par ex. : « Qu’est-ce qui vous intéresse dans ce poste ? » ou « Qu’est-ce qui vous plaît dans notre entreprise ? », vous n’avez aucune chance d’accéder à l’étape suivante du processus de recrutement.

Guillaume Colein

Un entretien téléphonique doit être préparé aussi sérieusement qu’un rendez-vous en face à face.

Il est impératif d’anticiper le type de questions qui seront posées et de mémoriser les points clés à faire passer lors des réponses. Cela aidera à fournir des réponses plus claires pendant l’appel.
Autre point essentiel : faire des recherches en ligne sur l’entreprise et lire la presse spécialisée pour connaître son actualité. Les informations récoltées aideront à se poser des questions pertinentes sur l’entreprise, sa culture et sur le poste à pourvoir.

Erreur n°5 – « J’ai. De. L’expérience. En. … »

Attention, même s’il est impératif de bien se préparer à l’entretien par téléphone, il ne faut pas non plus répondre aux questions de manière robotique.

Comme les recruteurs ne peuvent pas voir l’expression de votre visage ni votre langage corporel, vous devez utiliser d’autres moyens pour exprimer votre personnalité et vous montrer chaleureux.

Guillaume Colein

Une astuce : essayer de parler en souriant (ce qui donnera un côté amical et enthousiaste à la voix) et prêter attention au ton que l’on emploie (car de subtiles inflexions peuvent jouer un rôle important dans les messages que l’on fait passer).
Autres règles à suivre : une écoute attentive des questions posées par l’interlocuteur, avec un petit temps de réflexion avant de répondre. Des phrases complètes sont recommandées, en évitant de répondre simplement par oui ou par non au risque de paraître désintéressé ou distant.

Erreur n°6 – « Merci, au revoir ! »

L’impression d’avoir réussi l’entretien téléphonique ne doit pas faire perdre de vue les étapes suivantes.

A la fin de la conversation, il est essentiel de remercier votre interlocuteur pour le temps qu’il vous a accordé. S’il ne propose pas d’entretien en face à face, demandez-lui comment l’entreprise compte procéder. Par exemple : « Je suis vraiment ravi d’avoir pu discuter avec vous pour en apprendre davantage sur l’entreprise. A quel moment pensez-vous revenir vers moi pour les étapes suivantes du processus de recrutement ? »

Guillaume Colein

Une bonne préparation à la pré-sélection par téléphone peut offrir un avantage décisif dans le processus de recrutement. Cela ne remplacera jamais un rendez-vous, mais faire bonne impression au téléphone peut augmenter les chances d’être contacté(e) pour une entrevue en face à face, et finalement obtenir le poste…


A propos du groupe Robert Half :
* Fondé en 1948, Leader mondial du recrutement temporaire et permanent spécialisé.

L’ENTRETIEN EN FACE À FACE

Un bon entretien de recrutement est :

  • Interactif : Vous ne devez pas toujours monopoliser la parole.
  • Dynamique : Ne laissez pas de blanc pendant la discussion.
  • Organisé : Le jury à l’initiative du départ. Il commence généralement par vous questionner sur votre cursus professionnel, l’entreprise, vos motivations.
  • Limité : Vous avez un temps déterminé. Si l’entretien face à face dure 30 minutes, il faut que vous soyez synthétique et clair.

1/ Se préparer pour le jour « J »

Voici une « check-list » des précautions à prendre avant votre départ :

Relisez votre CV et votre lettre de motivation ; évitez :

  • le CV non personnalisé pour la formation et le métier
  • le CV trop long (de plus de 3 pages)
  • le CV avec de gros blocs de texte difficiles à lire
  • le CV avec des fautes d’orthographe ou de frappe

Relisez la description de la proposition de formation et du poste pour lequel l’entreprise souhaite vous former ciblez les points clefs de l’annonce.

Informez-vous sur l’entreprise via son site web ou Internet en général.

Connaissez la localisation du lieu de rendez-vous et faites une estimation du temps pour s’y rendre (objectif: ne pas arriver en retard).

Prévoyez une sacoche, un bloc-notes et un crayon pour noter certaines informations ou pour transporter des documents.

Soignez votre présentation.

Reprenez les questions que vous souhaitez poser et auxquelles vous aurez à répondre.

2/ Comment faire son entrée ?

N’arrivez pas trop en avance, cinq minutes suffisent. Adoptez une démarche tonique et une poignée de main ferme. Soyez sûr de vous mais sans trop en faire.

3/ Quelle gestuelle adopter ?

Asseyez-vous normalement.

Privilégiez les mains à plat devant vous.

Évitez de croiser vos bras. Pour les nerveux qui n’arrivent pas à tenir en place, vous pouvez vous munir d’un papier et d’un crayon. D’une part vous pourrez prendre des notes et de l’autre vous pourrez canaliser vos tics gestuels sur le stylo.

4/ Comment s’exprimer à l’oral ?

C’est l’exercice le plus redouté même pour les personnes qui ont confiance en elles.

Vous pouvez vous exercer seul ou avec des copains. Faites un scénario d’entretien en réfléchissant à des éventuelles questions et à la manière d’y répondre. Avant la prise de parole, respirez. Ainsi, vous calmez votre rythme cardiaque. La première phrase est la plus difficile.

Parlez calmement. Il ne faut pas oublier que l’entretien est un dialogue, aussi n’hésitez pas à questionner votre interlocuteur qui appréciera votre participation.

Essayez de vous dégager de toute pression, en considérant l’entretien comme un événement constructif. Il peut aboutir à une embauche ou au pire des cas à un bon exercice. Il n’y a rien à perdre.

5/ Comment agir face à un jury ?

Certes, l’entretien reste un dialogue, mais il est néanmoins un moyen d’évaluation.

Les questions pièges ou une tonalité agressive peuvent être employées pour vous tester. Vous avez décroché l’entretien, maintenant vous êtes évalué. Alors, ne vous laissez pas démonter et ne soyez pas sur la défensive. Tout cela fait partie du processus de sélection. L’évaluateur jauge votre faculté à faire face à certaines situations, voire à une certaine pression.

Ne montrez pas que vous êtes déstabilisé. Ne vous mettez pas sous tension et évitez d’avoir le regard fuyant. Il n’y a pas de piège. Si vous postulez pour un poste où la gestion du stress est une variable importante, il est normal que le recruteur souhaite connaître vos réactions. C’est une sorte de mise en situation professionnelle.

Les recruteurs recherchent un large éventail de compétences Soft Skills*

Par exemple : Sens de la communication / Sens de la relation client / Capacité à résoudre les problèmes / Adaptabilité / Sens de l’entraide

*Les softs skills sont les compétences humaines nécessaires pour réussir dans le monde professionnel. 

6/ Guide d’entretien suggestif

Pouvez-vous vous présenter ?
Qu’est-ce qui vous motive dans cette offre de formation ?
Que connaissez-vous de notre centre de formation
Que connaissez-vous notre entreprise ?
Qu’est-ce qui vous attire dans ce métier ?
Quelles qualités pensez-vous avoir pour ce poste ?

7/ Quelles questions se poser si on échoue lors d’un entretien ?

Analysez votre comportement, vos réponses et vos questions posées. 
Avec le recul qu’auriez-vous répondu ou fait ? 
Écrivez les idées qui vous viennent spontanément. Elles vous serviront pour un autre entretien. Les erreurs doivent justement servir à ne pas les reproduire ; d’où l’intérêt de multiplier les entretiens pour s’entraîner et s’améliorer. Toutefois, il arrive souvent de sortir d’un entretien avec de mauvaises impressions alors qu’en réalité, le recruteur a particulièrement apprécié votre argumentation. 

Car n’oubliez pas, il n’y a pas de bonnes réponses à un entretien, mais une cohérence et un fil conducteur à tenir.